A propos

En 2004, je demandais à ma collègue d’arts appliqués qui peint de délicieuses aquarelles :

Dis, Blandine, j’ai écrit quelques contes pour enfants. Est-ce que cela te plairait de les illustrer ?

Si tu veux… C’est un projet amusant!

Lire la suite

Actualités

 

Résumé : Le secret de la mine

Ce roman met en scène deux sœurs, des gamines de dix et treize ans aux antipodes l’une de l’autre, aux surnoms qui leur collent à la peau comme des pelures d’orange : « Poupou la peste » et « Lili la lune ». La première, ancrée de façon réaliste et énergique dans la vie ; l’autre, plus rêveuse et un rien naïve. Réunies par la même envie curieuse de connaître les secrets des adultes, d’en découdre avec les mensonges et les énigmes, elles vivent souvent des aventures rocambolesques. Ce récit, partiellement autobiographique, repose sur le secret d’une famille italienne "débarquée" dans la région lorraine des mines de fer  où se côtoient, dans les corons, et dans un joyeux méli-mélo de langages, les peuplades immigrées. Il s’inscrit dans une veine « polar » aux couleurs enfantines, à la fois poignantes et drôles.

 

Extrait

 LE COIN SECRET

La canicule avait traqué la fraîcheur de l'aube jusqu'aux premières heures du petit matin et s'était couchée sur le village comme un chien fou. Dans la chambre, la fenêtre est ouverte pour capter la moindre miette de fraîcheur nocturne mais à travers les volets clos, un rayon de soleil me chatouille le bras et me réveille. Il est tôt. A la densité du silence qui règne dans la maison, je sais qu'il est tôt. Néanmoins, je me lève et j'entrebâille les battants de bois, usés par les assauts de la pluie et du vent. L'incandescente clarté m'éclabousse et ma soeur, gênée par la lumière qui vient de se poser sur ses paupières tel un papillon bleu, se retourne en soupirant. Je regarde le jardin qui lape avec délice les dernières gouttes de rosée, s'ébroue dans  le matin naissant. La verdure commence à sculpter en toute liberté les rames de haricots dont la verticalité domine les pousses hétéroclites des légumes avoisinants. Le soleil s'infiltre dans la chambre avec sa chaleur et sa couleur de métal chauffé à blanc. Fleur d'été complètement éclose...
 Je referme les volets. Ma soeur murmure dans son demi-sommeil :
-  Ah, enfin ! Qu'est-ce que tu fabriques encore ? Retourne au lit !
Je préfère descendre dans la cuisine, pieds nus. Le froid du carrelage me fait frissonner. Je m'installe dans le vestibule et, confortablement installée sur les coussins du vieux fauteuil en rotin, je rejoins mon héros favori, Blek le roc. Les muscles de Blek le roc, sa silhouette d'athlète, son beau visage buriné, son courage sans peur, nourrissent mes rêves et jettent aux oubliettes tous les gamins qui jouent avec nous dans le rue. Simples compagnons de jeu...
J'entends des pas dans les escaliers. Ma soeur apparaît, les cheveux en bataille, les yeux encore gonflés de sommeil.
-  Waouh ! Il fait meilleur ici. Qu'est-ce qu'il fait chaud dans la chambre, une vraie fournaise !
-  Si tu nous apportais une petite boisson fraîche, ce serait encore mieux, de la grenadine par exemple...
-  Tu n'es pas gênée ! Ce sera tout ?
-  Non ! Tu peux ajouter des glaçons et une paille aussi...
Ma soeur met les mains sur ses hanches et me jette un regard excédé. Puis elle fait demi-tour. Je l'entends qui ouvre le vieux frigidaire et s'affaire. Elle arrive dans un cliquetis de verres. Nous sirotons la grenadine. C'est frais, sucré, délicieux.
Je lui demande :
-  Qu'est-ce que tu fais déjà debout ? Toi qui aimes tant te prélasser au lit, c'est plutôt rare !
-  Il fait trop chaud là-haut ! Et puis j'ai quelque chose à te dire.
-  Ah bon ! C'est une surprise ? J'adore ! Raconte...
Christine fait tournoyer les glaçons d'un air rêveur. Elle garde le silence, puis :
-  Ca y est, j'ai un amoureux !
Je cesse aussitôt de faire des bulles en soufflant dans la grenadine avec ma paille.
-  Toi, un amoureux ? A dix ans ?
-  Ben oui ! Qu'est-ce qu'il y a de mal ? Il n'y pas d'âge pour s'aimer. En tous cas, il veut que je vienne avec lui dans un endroit secret !
-  Il ne s'en fait pas ! Et qui c'est ?
Guitou, tu sais bien, il joue toujours avec nous. Celui qui est très brun, tout bouclé, avec un teint mat.
-  Je préfère Blek le roc !
-  Alors là, tu ne risques pas d'avoir un rendez-vous. Ton Blek, ce n'est qu'une image en papier...
Je préfère l'interrompre car je n'ai pas envie qu'elle gâche mes belles images en papier :
-  Et il est où son endroit secret ?
-  Du côté de la mine et je voudrais que tu m'accompagnes.
-  Que je t'accompagne ? Et pourquoi faire ? Pour tenir la chandelle ?
-  Non mais je ne voudrais pas être la seule fille au milieu d'une bande de garçons...
-  Ah bon ? Parce qu'en plus, il ne viendra pas tout seul ?
-  Non, il emmène son frère et un copain.
-  Tu parles d'une expédition ! Ce n'est plus un rendez-vous d'amoureux, c'est une surprise partie !
-  Ne rigole pas, il est vraiment amoureux et comme il sait que j'aime faire des découvertes, il veut me faire plaisir mais il n'ose peut-être pas être seul avec moi... Et puis c'est rigolo d'être en bande.
-  Tu sais, la mine ça ne me dit rien, c'est noir, c'est profond, on va se perdre la-dedans !
-  J'en étais sûre. Tu n'es jamais d'accord sur rien. A part lire, c'est tout ce qui t'intéresse.
Ma soeur me parle d'amoureux le plus naturellement du monde. Elle a huit ans et cela ne lui cause aucun souci, alors que j'en suis encore à rêver de Blek le roc. Parfois je me demande qui est l'aînée dans cette famille. J'essaie de ne pas la décevoir. Encore faut-il pouvoir trouver assez de temps pour partir à l'aventure, secrètement, car je doute que nonna soit d'accord pour ce genre d'escapade.
-  Je sais que nonna va à Trieux cet après-midi. Elle a rendez-vous chez le médecin et c'est une voisine qui l'emmène en voiture. Elle en a pour deux bonnes heures. Nous pourrons y aller si tu y tiens vraiment.
-  Et comment que j'y tiens. Bon, tu es d'accord alors ?
-  D'accord mais il faudra être prudent et c'est uniquement pour te surveiller parce qu'après tout je suis ta grande soeur.
Chrsitine me saute au cou :
-  Chouette ! Merci, merci, merci... Tu verras, un peu d'aventure ne nous fera pas de mal. Je suis sûre que toi aussi, tu as envie de le voir ce coin secret. Du coup, je remonte me coucher !
-  C'est ça, dors. Et merci pour la grenadine.
Un amoureux, ça alors, je n'arrive pas à y croire ! Après tout, peut-être que le copain ressemblera à Blek le roc !

 

A suivre...