A propos

En 2004, je demandais à ma collègue d’arts appliqués qui peint de délicieuses aquarelles :

Dis, Blandine, j’ai écrit quelques contes pour enfants. Est-ce que cela te plairait de les illustrer ?

Si tu veux… C’est un projet amusant!

Lire la suite

7° tranche : Boire un petit coup c'est agréa...ble !!!

tagada-7Mais qu'est-ce qu'elle fait, allongée sous la table, les jambes en l'air, à gigoter comme une fada ? Elle va finir par me donner la nausée ! Depuis dix minutes que je la regarde, j'ai l'impression que Zoé n'est pas dans son assiette. La journée avait pourtant bien commencé : des bruits de casseroles dans la cuisine et puis des odeurs… Et quelles odeurs ! Des oignons rissolés, des viandes qui mijotent… Même dans mes rêves les plus fous, les souris ne sont pas aussi alléchantes. J'en bavais dans mes moustaches. Ca sentait l'invitation des petits plats dans les grands ! Ensuite, je me suis endormi sur le divan, bercé par le babillage de Zoé et de sa mère :

- Ils arrivent à quelle heure, maman ?

- Vers midi, je pense.

- Qui est-ce qui vient exactement ?

- Des amis de Nancy avec leur petit garçon. Il s'appelle Clément. Tu verras, il te plaira. Vous vous entendrez sûrement bien, tous les deux.

- Il a quel âge ?

- Un an de plus que toi.

- Il est blond ou brun ?

- Blond, tout blond.

- Ah ben, tant mieux !

- Pourquoi " tant mieux " ? En voilà une réflexion !

- Ca changera un peu de mes copains, ils sont tous bruns. Voilà tout !


Quand je me suis réveillé, le doux bavardage s'était transformé en concert de cris et de rires. Bruyants, ces humains ! Aucune retenue !

Quant à Zoé et Clément, deux tornades blondes : à monter, à descendre les escaliers, à sortir, à rentrer dans la maison. Alors, comme d'habitude quand les décibels sont trop élevés, je m'éclipse : je suis donc descendu dans la cave, histoire de me mettre au vert dans mon antre noir.

Une fois remonté de mes salons personnels de relaxation, une fois mes yeux accommodés à la lumière du jour, je découvre une maison méconnaissable ! Mes pénates civilisées sens dessus dessous : un désordre à faire vomir et Zoé dans tous ses états. Mais qu'est-ce qu'elle a ? Tiens la voilà qui se lève, du moins qui essaie, avec bien du mal. Et personne à l'horizon ! Où sont-ils tous passés ? Grand mystère ! En attendant, Zoé tangue comme un vieux rafiot en pleine mer.

- Tu en reprends un p'tit coup ?

Voilà Clément qui émerge des escaliers en les dévalant sur les fesses. Dans le même état que Zoé : ça promet !!


- Oui, viens, viens boire un petit coup, c'est agréa…ble !

Non mais je rêve, les voilà tous deux qui se précipitent sur les verres où stagne encore ce bon vieux jus de la treille.

- Tiens Zoé, voilà la bouteille digue don don, digue dondaine…

- T'as raison, c'est rudement bon, digue don don !


C'est les parents qui vont être ravis ! Laisser des enfants seuls dans une maison, c'est vraiment pas un bon plan, mais alors, pas du tout !

En attendant, un petit coup plus un petit coup ça commence à faire beaucoup. Zoé danse, Clément chante : ils tapent sur des casseroles avec de grandes cuillères en bois, tous les deux, rouges comme des fraises des bois. Il faut que je m'allonge parce que trop, c'est trop. De toute façon, je serai aux premières loges pour admirer le spectacle qui ne manque pas de piquant. J'ouvre mes quinquets pour ne rien perdre de la danse : jambes en l'air, bras en l'air. Puis Clément prend Zoé par les deux mains et l'entraîne dans une valse endiablée… à tomber. Ce qu'ils font dans un grand éclat de rire, sur le tapis. J'attends la suite, en bon chat stoïque que je suis mais la suite prend fin, les bruits aussi : les rires s'épuisent tandis que les paupières se ferment plongeant les deux zouaves dans un sommeil de plomb… Complètement ivres. Bercé par leurs ronflements, je succombe moi aussi aux délices de Morphée.

- Regardez comme ils sont mignons ! Heureusement qu'ils ne sont pas venus marcher avec nous parce qu'ils ont l'air épuisé.

La maman de Zoé est souriante, les yeux remplis de tendresse pour ces enfants qui dorment avec des sourires d'ange. Si elle savait !!!

 

<< Chapitre précédent Sommaire Chapitre suivant >>