A propos

En 2004, je demandais à ma collègue d’arts appliqués qui peint de délicieuses aquarelles :

Dis, Blandine, j’ai écrit quelques contes pour enfants. Est-ce que cela te plairait de les illustrer ?

Si tu veux… C’est un projet amusant!

Lire la suite

4° tranche : L'école, ça colle !

4° tranche : l'école, ça colle !

Quel temps de chien ! C'est dire s'il ne me convient pas. De la brume en suspension, partout dans le jardin qui dégouline de pluie. Les gouttes se collent aux vitres et dessinent de petits ruisseaux fluides. Mais la pluie chante une douce mélodie qui me fait somnoler béatement sur le divan. Que je suis bien ! Je crois que je vais m'enfoncer dans des rêves de souris qui courent dans tous les sens et de minettes aux aguets.

Mais HOP ! Qu'est-ce qui m'arrive ? Me voilà en plein vol au-dessus du carrelage du salon. Le temps de me réveiller et je survole les marches de l'escalier, l'estomac à l'envers. Ca y est ça recommence ! Zoé vient de m'attraper sans tambour ni trompette et me fait voyager gratuitement dans ses bras jusqu'à la porte de ses appartements. VLAN ! Elle me balance sur le lit où j'atterris de façon très aléatoire. Doucement Zoé… Nous avons le même âge mais pour un chat, sept ans multipliés par sept, c'est déjà beaucoup. Je ne suis plus tout jeune. Qu'est-ce qu'elle me veut encore ?

- Tagada, ainsi que tu peux le constater, il ne fait pas bon être dehors et Lucie rend visite à sa grand-mère cet après-midi. Alors comme je suis toute seule aujourd'hui, tu vas jouer avec moi, à l'école. C'est moi la maîtresse et c'est toi l'élève.

Mince alors, elle a du bon Lucifer ! Je vais encore déguster !

- J'ai préparé le tableau où tu peux lire toute une série de questions pour vérifier si tu as bien appris tes leçons, en histoire surtout car je sais que tu as un peu de mal avec cette matière.

Ah bon ? J'ai du mal avec l'histoire ? Ben voyons !

- Je te demande de réfléchir pendant quelques temps, ensuite je t'interrogerai à l'oral.

Mais, c'est qu'elle a une règle à la main ! Ca ne rigole pas !

Je m'installe confortablement, roulé en boule pour avoir plus chaud et surtout pour faire mine de ne pas comprendre son jeu auquel je n'ai pas du tout envie de jouer. Est-ce qu'on s'en pose des questions chez les chats ? Je ronronne allégrement pour l'amadouer. ZING ! Je reçois un petit coup de règle entre les deux oreilles et elle me remet d'office, assis bien droit, devant le tableau blanc où ondulent en noir des questions d'histoire.



. En quoi étaient fabriqués les parchemins des moines au Moyen Age ?

. Comment appelle-t-on la lance des Romains ?

. Où furent déportés des millions d'hommes sous les tsars et sous Staline ?

. Pour quel exploit Youri Gagarine est-il connu ?

. Quelle était la passion des frères Lumière ?

. Quel célèbre cardinal interdit le duel au 17° siècle ?

. Quel peuple appelait la Méditerranée " Mare nostrum " ?

. Comment s'appelaient les bateaux des Vikings ?





- Tu as eu assez de temps pour réfléchir, prépare toi à répondre.

J'ai à peine eu le temps, de lire et de me rendre compte dans quelle purée je me trouvais ! Dommage que tu ne me comprennes pas Zoé sinon, je te dirais que tes questions partent dans tous les sens, à m'en donner le tournis, et qu'elles présentent peu d'intérêt. L'érudition pour l'érudition c'est plutôt stérile ! Tu peux faire ta petite maligne avec ton livre d'histoire à la main, la pédanterie n'est pas une vertu ! Et toc ! C'est une phrase que j'ai entendu dire dans un film : je m'étais juré de la replacer, c'est chose faite. Elle continue à lire les réponses en tournant les pages : ça m'endort, ça m'endort ! Mais, ce n'est même pas dans le livre qu'elle trouve les réponses : je viens de voir tomber une fiche cartonnée. Nom d'un chien, c'est ce jeu du Trivial Poursuite dont elle s'inspire. Pas étonnant que ce soit tellement fouillis ses questions d'histoire : une chatte n'y retrouverait pas ses petits. Il vaut mieux que je m'en aille sinon je vais encore prendre des coups. HOP ! Je saute du lit, assez lestement je dois dire étant donné mon âge, et je file vers la porte…

- TAGADA, tu restes là si tu ne veux pas être collé mercredi après-midi ou alors je te donne un devoir supplémentaire. Ca te dirait des conjugaisons peut-être ?

Elle hurle dans mes oreilles. Que c'est désagréable ! Si elle mime ce qu'elle vit à l'école ça ne doit pas être de tout repos. Je comprends qu'elle revienne souvent énervée. En même temps, elle a des arguments car elle me tend un petit bout de jambon très appétissant auquel je ne résiste pas. Je le mâchouille sur le dessus de lit qui s'auréole d'une belle tache de graisse. C'est la maman de Zoé qui va être contente ! Tout en mangeant, très lentement, je surveille la porte : il faut que je m'échappe coûte que coûte ! La voilà qui va chercher un autre livre pour faire la savante, on peut dire qu'elle ne se décourage pas rapidement. Dès qu'elle me tourne le dos pour fouiller dans son bureau, je saute du lit, le jambon encore dans la gueule, et je cours me cacher dans mon lieu de repli stratégique : la cave. Adieu Zoé, tu es encore trop trouillarde pour me suivre dans cet antre noir où les araignées tissent leur toile partout, au milieu de la poussière et des objets aussi hétéroclites qu'inutiles. Moi, j'y vadrouille comme un poisson dans l'eau !
Je t'abandonne à ton jeu très " trivial ". Fais-en bon usage et ne te transforme pas en singe savant. C'est d'un goût… Douteux !

Au fait je ne savais pas qu'on collait les élèves en primaire ! En plus, elle se croit au collège ! Elle ne manque pas d'air cette gamine !



<< Chapitre précédent Sommaire Chapitre suivant >>